James Foley tué il y a un an ? Nouveau doute sur le récit derrière la vidéo Infos internationales

Mots-clés : , , ,

isis

Par Paul Joseph Watson

 

Un nouveau doute a été jeté sur le récit concernant la vidéo de décapitation de James Foley après qu’un porte-parole du gouvernement syrien ait affirmé que le journaliste américain a été tué par des militants ISIS il y a un an. Suite à la diffusion, la semaine dernière, d’une vidéo qui visait à démontrer l’assassinat de Foley, des experts médecins légistes avaient conclu que la vidéo était mise en scène avec « des utilisations trompeuses de la caméra et des techniques sophistiquées de post-production », validant ainsi l’analyse de Infowars qui considérait la vidéo très douteuse étant donné qu’elle a été immédiatement utilisée comme justification pour des frappes militaires contre la Syrie.

Le porte-parole officiel du gouvernement syrien, Bouthaina Shaaban a compliqué encore plus les choses en affirmant que Foley avait été assassiné par des militants de l’Etat Islamique il y a un an. « James Foley a été arrêté par l’armée syrienne libre et a été vendu à ISIS [ndlr: EIIL: Etat Islamique en Irak et au Levant].Vous pouvez vérifier auprès de l’ONU … James Foley a été tué il y a un an, pas maintenant. Ils publient les photos maintenant mais il a été tué il y a un an. Nous avons des renseignements précis, l’ONU dispose de ces informations », a déclaré Shaaban.

Cette déclaration contredit le récit disant que la famille de Foley a reçu le 12 août une lettre des militants ISIS menaçant d’exécuter le journaliste si Barack Obama donnait le feu vert pour des frappes aériennes sur les militants de l’Etat Islamique. La vidéo de décapitation de Foley a été utilisée comme tête d’affiche pour la réalisation de ce que Washington n’avait pas réussi à faire suite à l’attaque d’armes chimiques de l’an dernier dans Ghouta – créer un consensus pour un assaut militaire sur la Syrie.

Les fonctionnaires et les législateurs ont cité la vidéo comme fournissant un « nouveau contexte » qui légitime une expansion de l’activité militaire des Etats-Unis dans le Moyen-Orient. Bien que les frappes aériennes cibleront ostensiblement les combattants ISIS et non les positions du gouvernement Syrien, Assad a affirmé à plusieurs reprises que toute action militaire des États-Unis en Syrie sera considérée comme un acte de guerre, menaçant d’enflammer toute la région. Selon les rapports d’aujourd’hui, Obama a ordonné à un avion espion US de commencer à patrouiller dans le pays en vue de lancer un assaut militaire.

« Une étape qui plongerait les Etats-Unis dans un pays déjà ravagé par une guerre civile inextricable », rapporte le Daily Mail.

 

Traduction Rochelle Cohen pour Agence Info Libre

Source: InfoWars  – 26 Août 2014 

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial